Chapelle Notre-Dame de la Croix

Elle est également appelée Notre Dame des Douleurs.

 

Quand Jésus fut présenté au temple, Syméon, prédit à Marie les douleurs qu’elle subira avec le destin difficile de son fils;

« Cet enfant doit amener la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël; il doit être un signe en butte à la contradiction, – et toi-même, une épée te transpercera l’âme ! – afin que se révèlent les pensées intimes de bien des cœurs. »
(st Luc 2, 34-35)

Sur cette prophétie, Jean Paul II nous a laissé le texte suivant, prononcé lors de l’audience générale du 18 décembre 1996 :
 » Ces paroles prédisent un avenir de souffrance pour le Messie. C’est lui, en effet, « le signe en butte à la contradiction », destiné à supporter une dure opposition de la part de ses contemporains. Mais, Syméon met en parallèle avec la souffrance du Christ la vision de l’âme de Marie transpercée par l’épée, associant ainsi la Mère au destin douloureux de son Fils. Ainsi, le saint vieillard, alors qu’il met en lumière l’hostilité croissante à laquelle le Messie devra faire face, souligne la répercussion qu’elle aura sur le cœur de sa Mère.
Cette souffrance maternelle atteindra son sommet dans la Passion, lorsqu’elle s’unira à son Fils dans le sacrifice rédempteur. Les paroles de Syméon, venant après la mention des premiers chants du Serviteur de YHWH (cf. Is 42, 6 ; 49, 6), cités dans Lc 2, 32, nous font penser à la prophétie du Serviteur souffrant (Is 52, 13-53, 12), qui offre sa vie en sacrifice expiatoire» (Is 53, 10) à travers un sacrifice personnel et spirituel, qui dépasse de beaucoup les antiques sacrifices rituels. Nous pouvons remarquer ici comment la prophétie de Syméon laisse entrevoir dans la future souffrance de Marie une singulière ressemblance avec l’avenir douloureux du « Serviteur». »

kergroix15

La chapelle N.D.des Douleurs est située au village de Kergroix, aux limites de la commune de Carnac sur la route d’Auray.
En 1950, la chapelle, également nommée Notre Dame de la Croix était quasi détruite. Les fleurs des cerisiers sauvages qui poussaient dans les ruines ne parvenaient pas à diminuer la tristesse de deux pans de murs et un pignon d’abside encore debout.
Ses pierres furent alors vendues à une entreprise pour 50000 francs. Les villageois s’insurgèrent contre cette vente, et des bénévoles locaux décidèrent d’entreprendre de leurs mains et grâce à quelques dons la reconstruction la chapelle de Kergroix.

Les pierres de granit d’origine furent réutilisées. La longueur de l’édifice fut ramenée de 16 à 12 mètres. Ce fut la première reconstruction de ce genre en Bretagne d’où naquit le mouvement de restauration « Breiz Santel ».

Cette chapelle construite ou en cours de construction en 1568 comme l’atteste une pierre de jambage de la porte, est dédiée à kergroix16Saint Vincent Ferrier, dominicain né à Valence en Espagne et décédé à Vannes en 1419.
L’extérieur a su garder lors de la restauration des proportions très agréables. Le petit enclos, devant le porche de la chapelle sur sa partie non reconstruite, renforce un sentiment de bon accueil et de convivialité.
kergroix17L’intérieur est sobre, et propose de jolis vitraux et sculptures de bois. Le lutrin et la croix du Christ sont de Pierre Morice.
Sa fontaine se trouve en contre bas du village
.
Le Pardon s’y tient traditionnellement le 3ème dimanche de septembre. Des cérémonies religieuses et animations y ont lieu trois à quatre fois l’an.

Localisation en un clic :
47.633982   -3.052346
48°38’32N 3°3’3″O

AUTRES PHOTOS DE LA CHAPELLE