Secours Catholique

 SECOURS CATHOLIQUE
DE LA PAROISSE DE CARNAC

CONTACT : 51 rue St Cornély 56340 CARNAC / 06 08 82 15 33

La Boutique « MODE SOLIDAIRE »,
51 rue St Cornély à Carnac (face au lidl) a été réaménagée.
Venez la redécouvrir, y déposer des vêtements d’hiver en bon état, chiner et discuter autour d’un café.
La boutique est ouverte les mardis, mercredis et samedis de 10h à 12h30 ainsi que le mercredi de 14h30 à 17h.

A partir du 11 janvier 2018, tous les jeudi matin de 10h à 12h30,
à la maison de la catéchèse (Venelle de la Forge, derrière l’église) accueil convivial et fraternel autour d’un café, d’un thé, de jeux de société et d’activités créatives.

 

ACCUEIL DES PERSONNES EN DIFFICULTÉ

Pour les personnes qui sollicitent une aide :
appeler le 06 08 82 15 33 pour convenir d’un rendez

UNE COLLECTE HORS LES MURS

Plusieurs équipes de la délégation Secours Catholique du Morbihan, comme celles du territoire d’Auray, ont fait le choix de sortir de leur local ou de l’église à l’occasion de la collecte nationale, avec l’intention se faire connaître et de donner envie de les rejoindre.

Répondant à l’appel du pape François de s’ouvrir aux périphéries, les bénévoles des équipes du territoire d’Auray (Auray, Belle-Île, Carnac, Grand-Champ, Ploeren et Pluvigner) ont installé un stand bien visible sur le marché d’Auray, un des plus fréquenté du Morbihan, le lundi 20 novembre. Merci à Monsieur le Maire qui leur avait octroyé un emplacement gratuit, place Joffre, à quelques pas de l’église Saint-Gildas.

Préparée en équipe d’animation de territoire (EAT), cette action avait trois objectifs :
Se faire connaître et se faire voir ;
Rencontrer des personnes (discuter, échanger) ;
Collecter des fonds (au moins distribuer des enveloppes-dons).

Mission accomplie. Les bénévoles étaient visibles grâce à leur chasuble affichant leur appartenance au Secours Catholique et au stand, dont ils avaient soigné la présentation.

Les rencontres ont été nombreuses et toujours cordiales. Les bénévoles ont parlé de leurs projets et se sont mis à l’écoute des personnes, dont certaines témoignaient de leurs difficultés, mais aussi de leur souci de l’autre telle cette mamie rencontrée par Marie-Claude qui, avec les 800 euros du minimum vieillesse comme ressources, aide sa propre fille, au chômage, et sa petite-fille, étudiante. Et pourtant elle se considère encore comme privilégiée du fait de ce fort lien familial.
Cinq cents enveloppes et tracts ont été distribués durant la matinée, touchant ainsi de nombreuses personnes qui ne le sont ni par courrier ni à l’église. Les 140 euros collectés laissent augurer une moisson plus importante.